Louis Jucker - The Black Lake Musicien suisse plutôt issu des milieux extrêmes voire bruitistes, à en juger par ses différentes collaborations (Kunz, Coilguns, The Ocean, The Fawn), Louis Jucker a commencé à publier depuis 2012 ses enregistrements solo (trois EP et deux albums) sur Hummus Records. Le dernier LP en date, The black lake, arrive pile un an après son prédécesseur, Eight orphan songs. Alternant chant chuchoté, parlé ou haut perché, le disque renferme quelques pépites assez hypnotiques ("Story-tellers", "Six deers on our way home", "Don't make up monsters") qui brillent d'autant plus par leur économie de moyens. Un univers différent s'ouvre avec chaque titre, tant du point de vue de la production que du choix des instruments (guitare, percussions, mélodica notamment). Autre fait intéressant à noter : peu d'artistes viennent en tête à l'écoute de ces huit titres très épurés.
Un disque lo-fi et intimiste dont les mélodies torturées résonneront quelque temps dans un coin de votre tête, à condition d'accepter de se plonger quelques minutes (à peine vingt au total) dans les compositions de ce jeune musicien talentueux.