rock Rock > Headfish

Biographie > Headfish

Headfish, c'est du ska zouk'n'roll and co ! J'vous jure, c'est pas moi qui ai inventé cette définition du style musical des Picards, ce sont eux. Traduction : un peu de ska, de rock, de zouk, de reggae et de punk. Fallait y penser. En même temps, y a rien à dire de plus. Né en 1997, Headfish a commencé à foutre le bordel discographique en 2001 avec une première démo 4 titres, puis a persévéré pour le plus grand plaisir de ses fans avec, en 2002, T'avais ska-pas faire chier, maxi cinq titres lui aussi autoproduit. Entre temps, Headfish se met à flirter avec la scène en faisant les premières parties de Mass Hysteria, Pleymo, Grave de grave. En tout, près de deux cents concerts, et les cinq furieux ne sont pas près de s'arrêter là, un album est en préparation, encore une franche rigolade en perspective. Mais en attendant, c'est un nouveau quatre titres, Ska rock festif qui s'offre à nous. Alors, profitons en.

Headfish / Chronique LP > Natural born festif

Headfish : Natural Born Festif Headfish est de retour pour prodiguer son ska rock de bonne tenue avec ce deuxième album sobrement intitulé Natural born festif. Après quelques mois "d'hibernation" en studio, dixit le groupe dans son dossier de presse, voilà que déboule sans crier gare la version 2008 du quintet picard. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les gaziers ont durci le son, en apportant à sa musique des grattes plus incisives et des cuivres chaleureux. J'ai quelque peu lâché ce style de musique telle qu'en atteste ma discothèque, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que Headfish donne envie de se replonger dans ses classiques. Et si Headfish était tout simplement en passe de devenir un classique ? Car à l'écoute de ce disque, on sent que le groupe a pris de la bouteille. Les dizaines de concerts enchaînés ces dernières années et l'expérience du studio ont forgé un sacré caractère aux cinq gaillards. Les compositions font mouches, le son est impeccable, la production bien branlée, et le groupe est aussi à l'aise dans un registre purement ska ("Démission", "Pinocchio") que dans des passages purement punk cuivrés ("ça trash ou ça passe", "Natural born festif", "Zéro pointé"). Alors quand les deux styles sont mélangés ("Quitte ou double", "Kestupréfères ?"), c'est que du bonheur. Les influences sont clairement affichées à l'écoute de ce skeud qui lorgne du coté de La Ruda pour le traitement des cuivres, Marcel et son Orchestre et Ludwig von 88 pour les textes bidonnants et alternatifs, et la Mano Negra pour cette ouverture d'esprit si caractéristique. Et même si les influences sont évidentes, Headfish semble avoir trouvé sa propre marque de fabrique, notamment au niveau du chant qui visite plusieurs registres. Et c'est ça qui fait la différence. En bonus de toute ces réjouissances, une reprise de "C'est toi que je t'aime" des Inconnus. Et voilà, vous savez tout, plus d'excuse pour passer à coté de ce bon disque. Conseillé fortement par votre Gui de Champi préféré.

Headfish / Chronique EP > Ska rock festif

Headfish : Ska rock festif La démo de Headfish version 2003 est intéressante. Ska rock festif n'est peut être pas le disque le mieux produit du monde, ils le savent très bien, mais on peut déceler chez les cinq une réelle envie de déconner tout en proposant des compos de qualité qui, je me répète, mériterait un meilleur son. Mais une autoprod qui se respecte mérite ses petits défauts. Pour le reste, préparez vous à rigoler, ça ne va pas être triste...Quatre titres drôles, sans prétention, quatre thèmes abordées dans la bonne humeur (la consommation et le capitalisme, les vacances, les loosers en boîte de nuit,...) dans un style fusionnant le ska, le reggae, le punk et le rock. Headfish revendique des influences comme Marcel et son Orchestre ou La Ruda mais au risque de contredire ces messieurs, ce sont véritablement les Kargols ou les mythiques Skarface qui me viennent tout de suite à l'esprit. Ces derniers ont révolutionné le ska en france, et un morceau comme "Ce soir c'est ton soir frérot" est un véritable hommage aux parisiens. Pour le reste, c'est beaucoup de bonnes idées, de bons moments et aussi quelques mises en place un peu crapuleuse, mais c'est bien ça qui fait le charme de Headfish : la volonté de s'amuser en jouant, ou de jouer en s'amusant, comme vous voulez. A la première écoute, on a l'impression que c'est une blague, mais au deuxième passage, on s'attache à ces petits gars. En tout cas, moi, je vous les conseille, et si ils passent près de chez vous, soyez curieux et allez saluer cette bande de potes joyeux et déconneurs...A mon avis, vous ne perdrez pas votre temps.