Eilera - Fusion Eilera revient avec son rock/métal aux influences celtiques, avec au programme encore des guitares saturées, ce qui devient de plus en plus mainstream malheureusement (la preuve en est Victoria et son single pour Heroes), toujours ce violon laissé un peu à jouer tout seul dans son coin avec une partie de la mélodie principale. "Keep our Heaven" en est un bon exemple, riff progressif de guitare et un violon qui part en roue libre, sorte de fiddle irlandais mais version solo.
On retrouve le titre éponyme "Fusion" que l'on a déjà entendu sur Precious moment, samples organiques, accords saturés renforcés par des violons aux taquets. "September" étend ses ailes, titre phare aux délicates prétentions, samples grandioses, un chant assez particulier qui fait feu de tout glissandos, un violon et une guitare qui font corps, c'est toute une orchestration qui marche de front vers la fin du titre en y apportant un côté massif tout en restant mélodique. Ce qui démarrait comme une gentille chanson acoustique avec "The angel you love... The angel you hate", sensation folk, spleen mélodique, violon penchant du côté des graves, tourne au vinaigre après quelques couplets. Crescendo de batterie, guitare engageant la saturation, mais un vinaigre de grand crû aux arômes délicats, une chant qui s'énerve, le tout explose et miroite de mille lumières.
Eilera trouve son équilibre sur "Healing process", guitare agressive, palm-muting faisant place à un sample ondulant, se déhanchant de manière légèrement saturé, -would I want you for sex or would I want you for love-, un titre qui joue à cache-cache, qui se joue de lui-même. "Addicted" en devient très accrocheur lui aussi, un léger trait de similarité avec Qntal, les samples deviennent parti intégrante du titre, son squelette et armature, le violon devient plus simple, va droit au but.
Eilera démarre sa Fusion avec quelques clichés et titres déjà-vu, mais avec attention on y découvre des titres magiques comme "Healing process", "Back to the essentials" et acccrocheurs comme "Addidted" ou "The angel you love... the angel you hate" que l'on a plaisir à écouter.