Eilera : Precious Moment La fiche de présentation d'Eilera classe le groupe en : celtic-pop-métal, appelation décrivant malgré tout bien les gros traits d'influences du groupes. Des violons omniprésents, un fiddle celtique sur certains titres, l'Irlande ou l'Ecosse ne sont plus très loin dans le coeur de ces morceaux, des guitares musclées, soutenant des refrains denses comme "Fusion" avec ses accords saturés en renforts des violons, et par dessus tout, une voix enchanteresse, entre Björk et Sarah McLahan. "My happyland" pourrait être une chanson du folklore irlandais, avec cet archet crissant légèrement sur les accords de deux cordes et les accents sur le talon de l'archet, cette voix légèrement écorchée, fragile, très douce et fraîche à la fois, le tout surmonté de guitares emportant le tout dans une autre dimension sonore.
Eilera plonge l'auditeur dans des ambiances aux senteurs de tourbes, un ciel bas et gris, des nuages noirs qui roulent au vent, parfois sublimées comme sur "My happyland", ou éthérées par des accents plus sombres tel l'oscillant "The angel you love, the angel you hate" avec son violoncelle vibrant, profond et intense, sa guitare égrainant un arpège avant de se transformer en tempête furibonde, aidée par une batterie digne d'un déluge et une Eilera, ange écorchée vive, A rainy sky crying drops of sun, un titre tout en contraste. Dans tous les titres, mais de manière plus discrète que les violons, Eilera y glisse des samples organiques qui sont autant de caresses auditives, l'atmosphère de "Fusion" s'en ressent parfaitement, ou l'hypnotique et éponyme "Precious moment".