Arman Melies : Les tortures volontaires Arman Melies est le seul à jouer dans sa catégorie alors chaque nouvel album est un petit bonheur, en quelques secondes, on se retrouve plongé dans son univers qui semble inoxydable et figé dans le temps. La musique d'Arman Melies évolue-t-elle ? Certainement, mais uniquement par petites touches : un instrument par ci, un arrangement par là, hop un peu plus de rythme, une ambiance plus marquée de ce côté là, des lignes de chant plus aventureuses (et ô combien délicieuses) de ce côté ci, Jan va plus loin et avec plus d'assurance, en témoigne le "Géopolitique des brumes" qui referme l'opus, un long titre instrumental, incroyablement riche et à la mélodie pourtant simple et évidente... C'est là aussi, encore et toujours l'atout majeur d'Arman Melies : savoir faire beau et classieux avec du simple en ajoutant de nombreuses couches sans pour autant dénaturer et entacher les mélodies. Musicalement irréprochable, l'ex-leader d'eNola est aussi attachant par son ton et ses textes, son style particulier et facilement identifiable, à ce propos, les artworks sont particulièrement bien choisis. Certains textes sont assez étranges, les mots se mélangent pour leur beauté plus que pour leur sens et on les écoute avec l'apparition d'images mentales fortes et poétiques : les mandibules des caïmans n'ont plus ce sel étincelant du temps béni des colonies ("Les alizés"), le rythme donné aux mots installe une brume dans nos esprits, on ne sait plus trop où on est ni que penser du fond... Jan joue également avec les mots, les associations étant assez intéressantes, notons entre autres Au pied des fadaises qui répond au haut des falaises ("Fuir (la belle échappée)" qui fait écho à "L'échappée belle" de Néons blancs et asphaltines) ou Sur nos joues à la chaire rosie d'anciens feux iront même abdiquer ("Sur nos fronts").
Les tortures volontaires sont une véritable offrande au dieu de la pop-folk mélancolico-nostalgique mais jamais un supplice n'aura été aussi agréable...